Creepypasta FR : La petite fille qui a tué son père

Quand j’étais jeune, je voulais devenir psychiatre. Mes années d’université m’ont cependant prouvé que j’étais davantage doué pour fumer de l’herbe et jouer aux jeux vidéo que lire des manuels de médecine. Quand je suis allé passer le concours de l’école de médecine, je n’ai évidemment pas été pris.

Je suis resté à l’université pendant quelques années, accumulant les dettes et obtenant un diplôme afin de faire quelque chose de ma vie. J’ai fini par devenir assistant social. J’ai fait ce travail pendant sept ans avant de devenir prof, et j’ai pas mal d’histoires à raconter datant de cette époque-là. Certaines sont étranges, d’autres sont tristes. Celle-ci est un mélange des deux.

Je vais vous faire écouter un enregistrement d’une interview avec Nathalie, une petite fille de sept ans qui a tiré sur son père, le tuant sur le coup, après qu’il ait assassiné sa mère. Cette affaire m’a hanté pendant de nombreuses années, et j’aimerais la partager avec vous. Voici la retranscription de l’interview que j’ai menée lors de l’enquête :

[Cassette qui démarre]

Moi : Je suis content de te revoir, Nathalie.

À ce moment-là, Nathalie regardait le sol.

Moi : Tu sais pourquoi je suis là ?

Nathalie : …

Moi : Je veux te parler de ton papa, de ce qui lui est arrivé. Tu te rappelles de l’histoire que tu as dite aux policiers ?

Nathalie : Oui monsieur.

[Léger froissement de papier]

En entendant le son, je me rappelle avoir sorti un bonbon de ma poche pour le tendre à Nathalie.

Nathalie : Merci monsieur.

Moi : Je t’en prie, Nathalie. Tu es une jeune fille très polie.

Nathalie : Vous pensez que je suis une bonne personne, monsieur ?

Moi : Oui. Je pense que tu es une bonne personne.

Nathalie : Je ne pense pas être une bonne personne.

Moi : Et pourquoi donc ?

Nathalie : Si j’étais une bonne personne, papa ne m’aurait pas frappée.

Moi : Je ne pense pas qu’il t’ait frappée parce que tu es mauvaise, Nathalie.

Nathalie : Vous avez peut-être raison. Il a frappé maman aussi, et elle n’était pas mauvaise.

Moi : Peux-tu me dire ce qui s’est passé cette nuit-là ?

Nathalie : Papa est rentré du bar. Il criait.

Moi : Comment savais-tu qu’il rentrait du bar ?

Nathalie : À son odeur, il sentait mauvais.

Mon crayon grattait le papier pendant que je prenais des notes.

Moi : Qu’est ce qui s’est passé ensuite ?

Nathalie : Il…

Moi : Tout va bien, Nathalie. Respire un grand coup. C’est la dernière fois que tu devras raconter cette histoire.

Nathalie : Il a commencé à frapper ma mère.

Moi : Et après ?

Nathalie : Puis il s’est arrêté. Maman pleurait, donc je lui ai donné Jocel.

Moi : Qui est Jocel ?

Nathalie : Mon nounours. Il me remonte toujours le moral quand je suis triste. J’ai pensé qu’il pourrait remonter le moral à maman aussi.

Moi : Il lui a remonté le moral ?

Nathalie : Je crois. Elle a souri, mais… c’était un sourire triste.

[Bruit de crayon grattant le papier]

Moi : Qu’est ce qui s’est passé après, Nathalie ?

Il y a eu une longue pause. Je me rappelle comment Nathalie regardait le sol, à quel point elle n’avait pas envie d’en parler, et je ne la blâme pas. J’entends à nouveau ma voix, douce, rassurante, et je m’en veux de lui avoir fait revivre ces horribles souvenirs.

Moi : Tout va bien, Nathalie. C’est la dernière fois, je te le promets.

Nathalie : Il a sorti son pistolet.

Moi : Et après ?

Nathalie : Il… il a tiré sur maman.

Moi : Et après ça, tu as couru à ta chambre ?

Nathalie : Non.

Moi : Non ?

Nathalie : Je veux dire oui. Mais je devais d’abord prendre Jocel.

Moi : Tu devais prendre ton nounours ?

Nathalie : Oui, je ne voulais pas le laisser seul avec papa. Il allait avoir peur.

[Raclement de gorge]

Moi : Je… vois. Et ensuite ?

Nathalie : J’ai couru à ma chambre et je me suis enfermée. Papa a essayé d’entrer. Il a frappé la porte vraiment fort. Ça faisait beaucoup de bruit et Jocel avait très peur.

Moi : Comment il a réussi à entrer ?

Nathalie : Il a cassé la porte. C’était effrayant.

Moi : Ensuite ?

Nathalie : Il a pointé son pistolet sur moi.

Moi : Et ?

Nathalie : Je lui ai demandé de ne pas tirer sur Jocel, mais je ne crois pas qu’il m’ait entendue.

Moi : Pourquoi ça ?

Nathalie : Parce qu’il a appuyé sur la détente malgré tout.

Moi : Mais il ne t’a pas tiré dessus.

Nathalie : Non, le pistolet n’a pas fonctionné. Il l’a jeté par terre.

Moi : Et après ?

Nathalie : Il a essayé de m’attraper. Mais il est tombé. Il s’est cassé le nez.

[Froissement de tissu, indiquant que je me penchais en avant]

Moi : Qu’est ce qui est arrivé au pistolet, Nathalie ?

Nathalie : Il a commencé à flotter.

Moi : En es-tu sûre ?

Nathalie : Oui.

Moi : Qu’est ce qui est arrivé après ?

Nathalie : J’ai entendu maman chuchoter à mon oreille. Elle m’a dit de fermer les yeux.

Moi : Et tu l’as fait ?

Nathalie : Oui.

Moi : Et ?

Nathalie : J’ai entendu le pistolet tirer.

Moi : Tu as vu ce qui est arrivé à ton père ?

Nathalie : Non, j’ai gardé les yeux fermés.

Moi : Il s’est passé autre chose ?

Nathalie : Non. Les policiers sont arrivés, ils ont mis une couverture sur mes épaules et m’ont emmenée quelque part. Je ne me rappelle pas exactement de cette partie-là.

Moi : Tu es certaine que c’est bien ce qui s’est passé ?

Nathalie : Oui.

Moi : Merci de m’avoir accordé du temps, Nathalie. Je te promets que tu n’auras plus besoin de raconter cette histoire.

Nathalie : Merci monsieur. Je n’aime pas beaucoup cette histoire.

Moi : Je dois aller rédiger mon rapport maintenant, je vais te laisser ici avec ton oncle et ta tante, d’accord ?

Nathalie : D’accord.

Le bruit d’une chaise raclant le sol s’est fait entendre alors que je me levais.

Nathalie : Monsieur Robbins ?

Moi : Oui, Nathalie ?

Nathalie : J’y pense beaucoup. Avant de m’endormir.

Moi : Eh bien, je pense qu’on peut te trouver un conseiller à qui pa-

Nathalie : Ça va aller, monsieur. Quand je n’arrive pas à dormir, ma maman me chuchote à l’oreille de fermer les yeux. Je m’endors toujours directement après.

Moi : C’est bien, Nathalie. Passe-lui le bonjour de ma part.

Nathalie : Je le ferais.

L’enregistrement s’arrête là. On a trouvé un conseiller pour Nathalie, bien sûr, mais elle n’a jamais changé son témoignage.

Il n’y a jamais eu le moindre doute sur qui a tué le père de Nathalie. Les déclarations des voisins qui avaient entendu très clairement la dispute indiquaient une série de coups de feu suivis du silence de la mère, une série de coups puissants sur du bois quand le père a cassé la porte, et finalement, trois autres coups de feu, qui correspondaient à la mort du père. Il n’y avait personne d’autre dans la maison, et la balistique a montré que les coups de feu avaient été tirés à deux mètres de la victime. Nathalie était le seul choix possible, et officiellement, c’est elle qui a tué son père.

Et pourtant, je suis resté éveillé longtemps cette nuit-là, me demandant si Nathalie avait raison. Je ne croyais pas vraiment que la mère soit revenue en tant que fantôme pour la sauver. Mais dans la version de Nathalie de la réalité, sa maman n’était pas juste une femme battue qui est morte d’une mort inutile et violente. C’était une héroïne, qui a défié la mort pour sauver sa fille. Dans la version de Nathalie, elle n’était pas effrayée, elle protégeait son nounours, Jocel. Je pense qu’elle mérite de se rappeler l’histoire à sa manière.

Cette nuit-là, quand j’en ai eu assez de réfléchir et que j’ai décidé d’aller me coucher, le sommeil ne voulait pas venir. J’étais sur le point de me résigner à passer une nuit blanche quand j’ai entendu un murmure doux à mes oreilles, me disant de fermer mes yeux.

J’ai bien dormi cette nuit-là.

Histoire originale / Original Story
https://redd.it/7mezw1
This story is NOT written by me and was originally posted on Reddit by : https://bit.ly/2ywjWCd
I translate my favourite stories in good faith to share them with the french community, so they can discover some of the wonderful stories published in English. All credit goes to the original writers, and I’m very much thankful to them for sharing their awesome work.
If you have any issues regarding the story, please email me at daenys.contact@gmail.com, and I will respond right away ! Thank you.

Facebook
Twitter
Google+
http://www.horrorstory.fr/creepypastas/la-petite-fille-qui-a-tue-son-pere/

Lien Permanent pour cet article : http://www.horrorstory.fr/creepypastas/la-petite-fille-qui-a-tue-son-pere/

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

error: Copie impossible