Creepypasta FR : L’histoire de feu de camp la plus terrifiante

J’ai travaillé en tant qu’animatrice d’une colonie de vacances pendant l’été.

Trois jours après le début de la colonie, nous avons emmené les enfants faire une randonnée nocturne dans une colline boisée à proximité. Nous étions cinq animateurs et quinze enfants, tous âgés entre 12 et 14 ans. Nous n’avons marché qu’une petite heure avant d’arriver à une clairière, et nous avons décidé de camper là pour la nuit. Malgré l’obscurité environnante, la forêt n’était pas vraiment effrayante, la nuit s’annonçait donc plutôt tranquille.

Je dois aussi préciser qu’à un moment donné, un des animateurs, Mike, s’est éloigné du groupe pour uriner, et il est revenu environ deux minutes plus tard. La seule chose notable dans cet événement, c’est que Mike s’était enfoncé relativement loin dans les bois. Plus loin qu’il n’en avait réellement besoin. Il voulait probablement s’assurer qu’il était absolument hors de vue avant de faire son affaire. Ce détail sera important pour la suite.

Nous étions tous installés autour du feu, grillant quelques chamallows, et nous racontant des histoires d’horreur. Aucun de ces récits sinistres ne s’est vraiment démarqué, ils étaient tous clichés. Jusqu’à ce que « Mike » commence à raconter le sien.

« J’ai une bonne histoire à vous raconter, » il a commencé. « Une nuit, un groupe d’animateurs et de campeurs partent faire une randonnée dans les bois, pendant une colonie de vacances. »

J’ai levé les yeux au ciel. Il voulait choisir cet angle-là, bien sûr. Mais les enfants semblaient être déjà pris dedans, j’ai donc écouté en silence.

« Ils montent une petite colline, puis s’installent dans une petite clairière et commencent à se raconter des histoires de feu de camp. Tout semblait normal, jusqu’à ce qu’une des histoires soit interrompue par un son dans les bois. »

Il s’est interrompu pendant une seconde, et juste au bon moment, il y a eu un bruissement dans les arbres à proximité.

Très bien, j’ai pensé. C’est ingénieux.

Les enfants semblaient extrêmement tendus par son histoire, mais certains animateurs souriaient, j’ai donc supposé qu’ils étaient dans le coup.

« Donc, un des animateurs se lève pour voir d’où venait le bruit. »

Il a fait un geste de la main vers une des animatrices, Amy. Pendant une seconde, elle a eu l’air confuse, et Mike lui a fait signe d’aller vers les arbres.

Elle a finalement compris l’allusion, et elle s’est levée pour se diriger vers la source du bruit. Elle est revenue quelques instants plus tard, pour signaler qu’elle n’avait rien trouvé. Elle semblait toujours confuse, et j’ai commencé à me demander si elle était vraiment dans le coup avec Mike.

« Quand l’animatrice est revenue, elle a dit qu’il n’y avait rien là-bas. Mais elle avait tort. »

Mike a souri. Mais c’était un sourire étrange, il avait quelque chose de subtilement effrayant. Je pouvais également voir la terreur envahir lentement le visage de certains enfants.

« Il y avait une tension dans l’air. Tout le monde pouvait la sentir, mais personne ne pouvait la décrire. »

Je ne sais pas si c’était juste psychologique, mais un frisson désagréable m’a parcouru tout le corps quand il a dit ça. L’air autour de nous semblait en effet avoir changé, d’une manière inexplicable. Tous les autres avaient l’air de sentir la même chose, et tous avaient une expression de malaise sur le visage.

« Un autre bruit venant des bois s’est fait entendre. Cette fois, c’était un rire. Un rire plus inhumain que vous ne pourriez l’imaginer. »

J’ai failli faire une crise cardiaque quand un rire terrifiant s’est fait entendre juste derrière moi.

« Tout le monde était assis, immobile, tous trop effrayés pour regarder… Et c’est là qu’ils ont réalisé quelque chose. Un des enfants avait disparu ! »

Ce fut la goutte de trop pour Andy, un autre animateur, qui s’est tout de suite relevé.

« Mike, c’est quoi ce bordel ? »

Mike n’a pas répondu.

Andy a compté les enfants, et son visage est devenu d’une pâleur mortelle.

« Que quelqu’un les compte ! »

On lui a obéi, et nous avons compté quatorze enfants au total. Quatorze.

« Oh, merde, » s’est exclamé Andy. « Qu’est ce qui s’est passé ? »

« Je ne sais pas ! »

Claire, une autre animatrice, avait l’air paniquée. « Je te jure, je ne les ai pas quittés des yeux de toute la soirée ! »

Andy s’est tourné vers Mike.

« Explique-toi, Mike ! Qu’est-ce qui se passe ? »

Mike a souri, avant de poursuivre son histoire.

« Pendant le chaos, ils ont entendu des bruits de pas, venant de toutes les directions. »

Soudainement, une cacophonie de lourds piétinements se sont fait entendre tout autour de nous.

« Mon dieu ! » s’est exclamée Claire.

« Mike, tu vas trop loin ! » Andy lui a crié.

Les enfants avaient commencé à se blottir les uns contre les autres, la peur déformant les traits de leurs visages.

Mike est tout-à-coup redevenu sérieux.

« L’un des enfants a soudainement été traîné dans les bois, et Andy a couru à sa poursuite. »

Nous avons entendu un cri, et je me suis retournée juste à temps pour voir l’un des campeurs disparaître dans la forêt. Mais je n’ai pas réussi à voir qui ou quoi l’avait attrapé.

« Merde ! » a hurlé Andy, avant de courir à sa poursuite.

Mike a laissé échapper un rire froid.

« Mais Andy n’aurait pas cette chance. »

Avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, Amy (qui était aussi la petite-amie d’Andy) a couru dans leur direction, nous laissant, Claire et moi, seules avec Mike.

Je me suis levée, j’ai foncé vers lui et je l’ai giflé de toutes mes forces. Pour une raison quelconque, je pensais que si je pouvais l’empêcher de parler, tout ce qui se passait de terrifiant autour de nous s’arrêterait. J’y ai vraiment mis toutes mes forces et toute ma volonté, mais Mike a à peine réagi, alors même que ma main était incroyablement douloureuse.

Il m’a jeté un regard moqueur, son visage déformé par un rictus.

« Les deux dernières animatrices… »

Je lui ai tourné les dos avant qu’il finisse sa phrase, rassemblant précipitamment les enfants restants et leur demandant de me suivre. Claire nous a emboîté le pas, et nous avons commencé à nous frayer un chemin vers la sortie de la forêt.

Nous n’entendions pas Mike, ni quoi que ce soit d’autre nous suivre, je me suis donc permis de souffler un peu. Mais je savais que ce serait difficile d’expliquer la situation une fois de retour.

Après quelques minutes à marcher, nous avons aperçu une silhouette sortir des bois. Je me suis arrêtée nette, ne sachant pas quoi faire. La silhouette gémissait alors qu’elle avançait sous un rayon de lune.

C’était… Mike ? Le vrai Mike, je suppose. Ses vêtements étaient déchirés, et sa tête saignait. Son torse était à découvert, avec ce qui ressemblait à un étrange symbole gravé dans sa peau. Je ne me souviens pas de sa forme exacte.

Il a levé les yeux vers nous, avant de demander « Qu’est ce qui s’est passé ? » d’une voix tremblante. Mais avant que je ne puisse répondre, il a perdu connaissance. J’ai couru vers lui, mais je me suis arrêtée nette quand j’ai entendu Claire crier. Je me suis retournée pour voir un autre enfant se faire traîner dans les bois.

Je ne savais pas quoi faire, mais je ne voulais pas prendre le risque de perdre d’autres enfants. J’ai crié aux autres de continuer à avancer.

Nous avons couru vers la sortie de la forêt, abandonnant également Mike. Pendant toute notre course, nous pouvions entendre des bruits et des cris derrière nous, alors que d’autres enfants étaient arrachés au groupe pour être traînés dans les bois. Je ne pouvais rien faire pour l’empêcher. À un moment donné, j’ai entendu de légers craquements provenant d’un endroit indistinct, mais je savais qui faisait ce bruit.

Lorsque nous sommes enfin arrivés en bas de la colline, mes poumons étaient sur le point d’exploser. J’ai regardé derrière moi, pour constater qu’il ne restait plus qu’une seule enfant, accompagnée de Claire.

Tous les deux épuisées et essoufflées, blanches comme un linge. Nous nous sommes regardées en silence, puis la gamine a commencé à sourire.

« Les deux animatrices avaient réussi à s’échapper, mais c’était loin d’être la fin de leur histoire, » elle a dit, sur le même ton que le faux Mike.

En entendant cela, j’ai perdu tout contrôle de moi-même, et je me suis enfuie à toutes jambes, malgré les protestations de mon corps épuisé. J’ai entendu Claire hurler derrière moi, mais encore une fois, je ne pouvais rien faire pour elle.

Pendant tout le trajet de retour, j’ai lutté pour conserver mon calme et ne pas céder à ma panique intérieure. Comment diable j’allais pouvoir expliquer ce qui s’était passé ? Je prenais de profondes inspirations, essayant de calmer mon cœur qui battait à tout rompre. Une fois de retour à la colonie, je suis entrée dans ma chambre pour voir si mon superviseur était là, mais ce n’était pas le cas. J’étais sur le point de partir à sa recherche, mais l’épuisement a eu raison de moi et je me suis écroulée sur le lit. Deux minutes pour reprendre mes esprits, pas plus, j’ai pensé. Deux petites minutes ne changeront rien.

Quand j’ai ouvert les yeux, les rayons du soleil haut dans le ciel traversaient les rideaux. Quelqu’un me secouait. C’était Blake, mon superviseur.

« Allez Anna, réveille-toi. C’est l’heure du petit déjeuner. »

« Attends, » je lui ai dit en me redressant. « Je dois te dire quelque chose. »

« Tu me diras une fois que tu seras lavée et prête. »

Je me suis levée et je lui ai couru après jusqu’au réfectoire. Ce que j’y ai vu m’a paralysée. Tous les animateurs et les enfants qui étaient en randonnée… Ils étaient tous là.

Blake s’est tourné vers moi.

« De quoi voulais-tu parler ? Et où est Mike ? »

J’ai rapidement cherché Mike dans la pièce. Je n’avais pas remarqué qu’il était absent au premier coup d’œil. Alors que je bafouillais une réponse, les faux enfants et animateurs se sont tous tournés pour me faire face, simultanément. J’étais à court de mots, terrifiée.

Je suis sortie de là en courant, me dirigeant droit vers ma voiture et je me suis engouffrée dedans, démarrant en trombe. Je ne me suis autorisée à respirer qu’une fois sur l’autoroute. Je ne voulais pas penser aux conséquences qu’auraient le fait d’abandonner une telle situation. J’ai ouvert la boîte à gants, essayant d’attraper un paquet de cigarettes, quand ma main a touché quelque chose qui n’était pas là auparavant. C’était un magnétophone.

Je l’ai sorti de la boîte à gants, et malgré la petite voix dans ma tête qui me suppliait de ne pas le faire, j’ai appuyé sur « Play ». Une voix familière s’est échappée de l’appareil.

« La dernière animatrice pensait qu’elle avait réussi à s’échapper. Mais ce qu’elle ne savait pas… c’est que nos chemins allaient bientôt se croiser à nouveau. »

Histoire originale / Original Story
https://redd.it/ahruu6
This story is NOT written by me and was originally posted on Reddit by : http://bit.ly/2yswdYq
I translate my favourite stories in good faith to share them with the french community, so they can discover some of the wonderful stories published in English. All credit goes to the original writers, and I’m very much thankful to them for sharing their awesome work and making this narration possible.
If you have any issues regarding the story, please email me at daenys.contact@gmail.com, and I will respond right away ! Thank you.

Facebook
Twitter
Google+
http://www.horrorstory.fr/creepypastas/creepypasta-fr-lhistoire-de-feu-de-camp-la-plus-terrifiante/

Lien Permanent pour cet article : http://www.horrorstory.fr/creepypastas/creepypasta-fr-lhistoire-de-feu-de-camp-la-plus-terrifiante/

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

error: Copie impossible