Creepypasta FR : J’ai découvert une créature terrifiante…

Je travaille comme détective privée dans le New Hampshire depuis quelques années, et je suis douée dans ce que je fais. Vous avez peut-être l’image du détective des romans noirs, mais honnêtement, je travaille davantage avec des époux infidèles que dans des ruelles sombres à la recherche de méchants.

J’étais assise dans mon bureau étroit un après-midi, lorsqu’une fille est entrée. Elle s’est présentée en tant que Betty. Elle avait des cheveux roux, des taches de rousseur, et devait avoir environ 14 ans.

« Que puis-je faire pour toi, Betty ? » je lui ai demandé, en lui faisant signe de s’installer sur le siège en face de moi.

Elle s’est assise, serrant une enveloppe blanche entre ses mains comme si elle craignait qu’elle ne s’envole.

« Mon frère Nick a disparu depuis quelques jours, et je suis très inquiète pour lui. »

Elle était jeune, mais son regard était dur et calculateur. Ses yeux ont balayé mon bureau avant de se reposer sur moi. Quelque chose à son sujet me faisait penser à ma petite sœur Jane, quand elle avait son âge.

« Les disparitions sont traitées par la police, » je lui ai répondu. « Pourquoi n’irais-tu pas les voir ? Ils enquêteront gratuitement. »

« Non ! »

Elle avait presque crié.

« Je ne peux pas. »

« Pourquoi pas ? »

« Je ne peux pas, c’est tout. »

J’ai posé mes mains sur mon bureau, attendant patiemment. La plupart des gens détestent le silence, et finissent par le briser eux-mêmes. Après un long moment d’hésitation, elle a poursuivi.

« Mon frère et moi sommes des orphelins. Nous avons passé onze ans dans des familles d’accueil. Mon frère a eu 18 ans l’année dernière, et est devenu mon tuteur légal. Nous avons quitté nos familles d’accueil et nous nous sommes installés dans notre propre appartement. Mais si la police découvre qu’il a disparu… »

« Tu retournerais en famille d’accueil jusqu’à ce qu’ils le retrouvent, » j’ai complété. « Tu n’as personne de confiance ? Ami, famille ? »

« Non. »

Elle s’est levée d’un coup, puis a posé l’enveloppe sur mon bureau.

« Je ne retournerai pas en maison d’accueil. Et comme je le disais, j’ai de quoi vous payer. »

J’ai ouvert l’enveloppe, et j’ai vu une liasse de billets d’un et de cinq dollars. Il ne devait pas y avoir plus de cinquante dollars au total. J’ai levé les yeux vers elle et j’ai vu qu’elle retenait ses larmes. C’était une petite chose assise dans mon fauteuil, apeurée. Une soudaine envie de la protéger m’a submergée, et je lui ai rendu l’enveloppe.

« Tu n’as pas besoin de me payer avant qu’on ne le trouve, » je lui ai dit.

Le soulagement a fait étinceler son regard. Elle a accepté l’argent et s’est empressée de le ranger dans une poche. Je me suis demandé si elle aurait eu de quoi se nourrir si je l’avais gardé.

J’ai passé les minutes suivantes à l’interroger au sujet de son frère. Selon Betty, Nick était à la recherche de membres de leur famille toujours en vie. La nuit de sa disparition, il se dirigeait vers une adresse prometteuse qu’il avait trouvée. Elle ne savait pas où exactement, juste que c’était dans le Vermont.

Tout ce que j’avais pour enquêter étaient leurs prénoms, leur nom de famille et leurs dates de naissance. Chercher dans tous les hôpitaux et tous les recensements leurs actes de naissance serait une tâche gigantesque. Et une fois cette tâche accomplie, trouver l’adresse de leurs parents à partir de leur nom serait un tout autre travail. Pour la plupart des gens, cela prendrait des semaines, voire des mois pour faire tout cela.

Mais je ne suis pas la plupart des gens.

Je ne vais pas vous ennuyer avec les détails, mais laissez-moi vous dire que ça m’a pris une bonne partie de l’après-midi. J’ai envoyé Betty au supermarché avec un vingtaine de dollars pour ramener du café pour moi et des gâteaux pour elle. Elle est revenue, et au moment où le soleil commençait à se coucher, j’ai réussi à trouver son acte de naissance.

« Tes parents sont Henry Ives et Juliet Ives, » je lui ai dit.

Elle a hoché la tête.

« Je pense avoir déjà entendu ces noms-là. »

Une seconde recherche rapide m’a menée à une propriété dans le Vermont. Une propriété qui appartenait apparemment toujours à Henry et Juliet Ives, aujourd’hui décédés.

J’ai pointé mon écran du doigt.

« Je pense avoir trouvé un bon endroit pour chercher ton frère. Je te laisse rentrer chez toi, je vais aller vérifier la propriété et je te dirai demain ce que j’aurais trouvé. »

Betty a secoué la tête.

« Je viens avec vous. »

J’ai soupiré.

« Betty, personne ne t’a dit que tu ne devrais pas faire confiance aux inconnus ? »

Son regard s’est de nouveau durci.

« J’ai dû vivre avec des inconnus chaque jour pendant onze ans. Ne me donnez pas de leçons sur les inconnus. »

J’ai levé les mains pour m’excuser.

Elle a secoué la tête et a continué : « De toute façon, si vous ne m’emmenez pas, vous n’aurez pas l’argent. »

« Très bien, » j’ai soupiré.

Je n’ai même pas pris la peine de lui expliquer que cinquante dollars était un montant ridicule, qui ne couvrait même pas un petit pourcentage de mes frais habituels. Pour être honnête, je pensais qu’elle serait la seule personne capable d’identifier le corps de Nick. Les gens disparaissent rarement. Et la plupart du temps quand ça arrive, cela voulait dire qu’ils avaient eu un accident de voiture. Je m’attendais à moitié à ce que cette excursion se termine à la morgue avec Betty identifiant le corps de Nick.

J’ai secoué la tête pour chasser cette pensée. On ne savait jamais ce qu’on allait trouver.

Nous sommes montées dans ma voiture et nous avons pris la route. Le soleil s’était couché, et une pleine lune l’avait remplacé, baignant le paysage d’une pâle lumière blanche.

Le chemin nous a emmenées dans une zone boisée. La route est devenue cahoteuse, et après quelques minutes, nous sommes enfin arrivées à destination.

La maison était massive et clairement abandonnée. La zone entière était illuminée par le clair de lune, j’ai donc pu prendre une photo.

La bâtisse toute entière dégageait une impression de malaise. Les coins de ma bouche se sont tordus alors que je regardais les arbres noueux entourant la propriété. Le mal-être était tellement intense que j’avais l’impression que j’allais être malade.

Betty a laissé échapper un hoquet de surprise. Je me suis tournée vers elle, lampe torche allumée, m’attendant à voir quelque chose entre les arbres. Au lieu de cela, j’ai vu une moto appuyée contre un arbre sur le bord de la route.

« C’est la moto de Nick ! Il est forcément ici ! »

Je sentais l’excitation et l’espoir dans sa voix.

« Ou il était ici, plutôt. »

Je ne savais pas comment interpréter cette découverte. Nick aurait-il passé quelques jours dans cette maison ?

J’ai lancé ma lampe torche à Betty, et je lui ai ordonné de rester derrière moi.

Nous avons gravi les marches envahies de mousse. J’ai essayé de tourner la poignée, et à ma grande surprise, la porte s’est facilement ouverte. J’ai fait un pas à l’intérieur. L’entrée était éclairée par les rayons de lune qui filtraient à travers de hautes fenêtres, mais j’ai tout de même allumé la lampe de mon téléphone.

« Nick ? » j’ai crié. « Je suis ici avec ta sœur Betty. Tu es là ? »

Il n’y a eu aucune réponse.

J’ai fait quelques pas prudents à l’intérieur de la maison. L’extérieur était clairement abandonné, mais l’intérieur semblait bien entretenu. J’ai passé mon doigt sur l’un des meubles du salon, et je n’ai senti aucune poussière. J’ai ramassé le seul cadre photo qui était posé là, l’éclairant avec ma lampe. Un homme et une femme aux cheveux roux me souriaient, clairement frères et sœurs. Les deux ressemblaient presque trait pour trait à Betty. Je lui ai tendu la photo et j’ai continué à avancer.

« Nick ? » j’ai crié à nouveau.

Betty est passée à côté de moi, se dirigeant vers le couloir. Elle a appelé son frère à plusieurs reprises, sans succès. Elle s’est tournée vers moi, une expression pensive sur le visage.

« Cet endroit me semble familier. »

Au même moment, une voix au timbre indescriptible, presque humide, a résonné dans le couloir.

« Mademoiselle Betty, c’est un plaisir de vous revoir. C’était également un plaisir de revoir Maître Nick, même si c’était… inattendu. »

Un léger bruit de gouttelettes tombant au sol se faisait entendre dans l’obscurité. J’ai tiré Betty derrière moi, tenant toujours mon téléphone d’une main.

Une silhouette sombre est apparue dans le couloir, s’avançant vers nous en boitant.

« Qui êtes-vous ? » j’ai demandé, ma voix presque bloquée dans ma gorge. Une partie de mon esprit me hurlait de courir, me disait que « qui êtes-vous » était la mauvaise question, que je devrais plutôt demander « qu’êtes-vous ? ».

« Avez-vous oublié ? Betty ? Nous avons servi la maison Ives pendant des générations et des générations. Nous avons conseillé, et quand c’était nécessaire, nous avons corrigé. »

Pendant qu’il parlait, de l’eau s’écoulait de sa bouche et éclaboussait le tapis, comme s’il salivait.

Il a fait un dernier pas en avant, pénétrant dans la lumière des rayons de lune. Il portait un uniforme de majordome à l’ancienne, mais son nez, sa bouche et sa gorge semblaient avoir été déchirés et arrachés par des rats. Le sommet de sa tête était chauve, pâle, et brillait au clair de lune. Ses doigts étaient longs et crochus, ressemblant davantage à des racines d’arbre ou à des tentacules qu’à des doigts humains.

Malgré ma terreur, j’ai réussi à activer la caméra de mon téléphone, et j’ai pris une photo.

La chose a souri et s’est penchée en avant, se rapprochant de nous. J’ai saisi Betty par le bras et j’ai fait demi-tour, courant de toutes mes forces vers la porte. Le son humide des gouttes résonnait de plus en plus fort dans mes oreilles alors que je sprintais vers la porte, traînant Betty dans mon sillage.

Une fois à l’extérieur, j’ai claqué la porte derrière nous, et je me suis précipitée vers la voiture, manquant à plusieurs reprises de glisser sur les marches envahies de mousse. J’ai démarré en trombe et je me suis engagée sur la route. En tournant la tête pour regarder une dernière fois la maison, j’ai vu que la porte était grande ouverte.

J’ai accéléré autant qu’il m’était possible sans perdre le contrôle du véhicule sur la route inégale. Nous avons roulé en silence pendant un long moment. Betty sanglotait discrètement. Je lui ai jeté un coup d’œil, et j’ai vu qu’elle tenait toujours la photo que je lui avais donnée dans le salon.

Je l’ai laissée pleurer pendant un moment, alors que je retournais en ville. Quand elle s’est enfin calmée, je me suis éclairci la gorge.

« Écoute, ma sœur Jane habite à proximité. Et si je te déposais là-bas pour la nuit ? Je ne pense pas que ce soit une bonne idée que tu restes seule. »

Elle a hoché la tête. J’ai appelé sœur et pris les dispositions nécessaires, et bientôt, nous sommes arrivées chez elle. Jane nous attendait dehors, elle a pris Betty par les épaules et l’a guidée à l’intérieur, parlant de regarder un film ensemble. Je suis restée assise dans ma voiture pendant un long moment, essayant d’assimiler ce que je venais de voir et de vivre.

J’ai regardé le siège où Betty était assise, et j’ai ramassé la photo qu’elle avait laissée. Je l’ai sortie de son cadre et j’ai examiné l’arrière. Il y avait un petit message manuscrit.

« Juliet et Brad, décembre 2003 ».

Brad Ives. C’est très probablement l’oncle de Betty. Peut-être qu’il est toujours en vie.

Je vais faire des recherches et voir ce que je peux trouver sur… tout cela. Et si j’apprends quelque chose de nouveau, je vous tiendrai au courant.

Histoire originale / Original Story 
https://redd.it/c9mx5c
This story is NOT written by me and was originally posted on Reddit by : http://bit.ly/2KbhpnP
I translate my favourite stories in good faith to share them with the french community, so they can discover some of the wonderful stories published in English. All credit goes to the original writers, and I’m very much thankful to them for sharing their awesome work and making this narration possible.
If you have any issues regarding the story, please email me at daenys.contact@gmail.com, and I will respond right away ! Thank you.

Facebook
Twitter
Google+
http://www.horrorstory.fr/creepypastas/creepypasta-fr-jai-decouvert-une-creature-terrifiante/

Lien Permanent pour cet article : http://www.horrorstory.fr/creepypastas/creepypasta-fr-jai-decouvert-une-creature-terrifiante/

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

error: Copie impossible